Comment la « gentrification » alimente l’industrie du tourisme de NYC ?

C’est reparti pour une nouvelle analyse sur le secteur du tourisme !

Cette semaine, nous allons nous intéresser à la gentrification et ses effets sur le tourisme à New-York.

 

Mais pour commencer, la gentrification, c’est quoi ?

C’est le nom utilisé pour parler du phénomène d’embourgeoisement urbain, c’est-à-dire le fait que classes plus riches se mettent à occuper des espaces où résidaient initialement seulement des classes peu aisées.

La gentrification est liée à volonté des familles fortunées d’économiser sur les locations d’appartement suite à l’augmentation généralisée des loyers.

new-york-1590175_960_720

Ce phénomène a profondément muté les statuts économiques et sociaux de la plupart des quartiers de NYC.

Des immeubles en co-propriété s’étendent donc progressivement ces dernières années du Midtown Manhattan à Harlem et le long du Lower East Side du côté de Chinatown, notamment.

Les forces économiques qui ont aidé Big Apple à faire évoluer l’industrie des services de la ville sont principalement l’immobilier, avec ses investissements dans ces quartiers qui n’étaient encore pas du tout touristiques dans les années 1970.

Pour suivre ces « migrations » locales vers de nouveaux quartiers, les chaînes de restaurant ouvrent également dans des environs qui n’étaient jusque-là pas envisagés, de même que les banques et l’entrepreneuriat local qui se développe pour suivre la demande. Les anciens immeubles de manufacture sont transformés en hôtels ou en bureaux. La vie locale évolue et s’active. Les quartiers se retrouvent alors métamorphosés et on y voit désormais une certaine richesse ostentatoire et une nouvelle sécurité.

La gentrification a donc rendu les alentours de New-York plus attractifs pour de nombreux visiteurs, apportant touristes et nouveaux business de restauration dans des quartiers où il n’y en avait pas auparavant.

Le développement des industries de la technologie et de la finance dans ces districts, allié à l’apparition de nouveaux lieux culturels permettent d’attirer autant une clientèle touristique business que loisir. Et l’arrivée de la location d’appartements privés inonde des quartiers tels que le Bedford-Stuyvesant de Brooklyn. Cette soif grandissante du visiteur de « vivre comme le local » rend ces coins de NYC assaillis suite aux effets de la gentrification.

N’oublions pas que cette ouverture des quartiers anciennement plus populaires au tourisme est également favorisée par le manque de chambres d’hôtels disponibles à Manhattan, généralement.

Mais au final, le résultat représente bien ce qui fait la force du tourisme à New-York : une part business et une part gentrification qui reflète parfaitement la mondialisation de la culture et du tourisme sur la scène internationale.

17178926219_27840468b0_b

Depuis le 11 septembre 2001 et ses tristes attaques, le record de visites à NYC a été atteint en 2016 avec 12,65 millions de visiteurs internationaux et 47,6 millions de visiteurs américains, pour un total de 60,3 millions de visiteurs l’année passée. C’est 67% d’augmentation depuis 2000 alors que la population de New-York n’a augmenté que de 6% pendant ce temps.

 

Ce phénomène prouve donc bien que NYC ne cesse d’être une destination complexe dans son aspect fascinant, aux multiples facettes et aux inépuisables possibilités.

 

A la semaine prochaine pour un nouvel article !

 

L’équipe Wipolo

Les commentaires sont fermés.